Home Nouveaux médias et droit de l'information Quelle législation pour les journalistes en ligne?
Quelle législation pour les journalistes en ligne? PDF
Nouveaux médias et droit de l'information
Écrit par Robin Delobel   
Lundi, 29 Mars 2010 19:25

 

Damien Van Achter est journaliste professionnel depuis 2002. Il édite le blog Blogging The News depuis juin 2005. Et il s’occupe de plusieurs missions à caractère cross-média (usage rationnel de plusieurs médias) pour le compte de la RTBF depuis 2006. Il nous a précisé qu’il s’exprime en son nom uniquement et pas en tant qu’employé de la RTBF.

 

Virginie de Galzain  est journaliste depuis dix ans et photographe (son blog photo : http://vdegalzainphoto.wordpress.com/) depuis deux ans. Elle a passé  10 ans en tant que journaliste et responsable de publications intégrées, dans l’édition et la presse mais a pris une autre direction en devenant freelance en 2007. Depuis trois ans, elle édite le blog http://vdegalzain.wordpress.com/ tout en travaillant sur d’autres projets.

 

La législation concernant l'information sur internet est-elle différente de celle qui concerne les médias traditionnels ?

La déontologie appliquée est-elle du même niveau que dans les autres médias?

 

Virginie de Galzain : Concernant l'information sur Internet, si vous partez d'une information de la part de professionnels des médias, elle est soumise aux mêmes principes que sur n'importe quel autre média, tant d'un point de vue professionnel que déontologique. En conformité avec la charte des droits et devoirs du journaliste. Avec une souplesse de forme liée au format.

Damien Van Achter : La loi est la même, les textes, la juridiction concernant les médias en ligne sont les mêmes que ceux en rapport avec les médias traditionnels

Il y a beaucoup de questions qui se posent car n’importe qui peut poster n’importe quoi sur internet. En 2005, un bloggeur avait parlé d’une marque d’ordinateur sur son blog et la marque en question l’avait attaqué en justice pour diffamation. La justice a donné raison au bloggeur au nom de la liberté d’expression.

 

Sur internet de nombreux activistes, des mouvements de pression sont très présents et il est difficile de tout contrôler. Au niveau de la déontologie, c’est la même chose : elle s’applique aux journalistes. La déontologie ne s’applique pas aux autres personnes, que ce soit sur des blogs ou sur facebook, qui publient de l’information, des vidéos ou des sons sur le web.

 

Avez-vous plus de libertés sur internet que dans les médias traditionnels ?

 

Damien Van Achter : Oui, il y a une plus grande liberté de ton surtout ! Il y a aussi une plus grande liberté d’échange, de choses qui ne sont pas du ressort de l’information mais plutôt de type relationnel.


Comment réglementez-vous la modération des commentaires ?

 

Virginie de Galzain : Concernant les commentaires, la déontologie intervient dans les mêmes cadres (ne pas tenir de propos injurieux, orduriers, à caractère xénophobe, pédophile, incitant à la violence et à la haine..., liste non exhaustive, accessoirement ne pas être dans une dynamique "commerciale" - de nombreux sites "postent" avec leur lien dans cette logique). Cependant, de nombreux sites pratiquent une modération à posteriori pas toujours maitrisable compte tenu des flux, et elle est plus ou moins rigoureuse. Quoiqu'il en soit, il est nécessaire de respecter le sujet et le lecteur.
Damien Van Achter : Là aussi, on se réfère à la loi, à la déontologie. C’est sur cette base que l’on s’occupe de la modération des commentaires des internautes. Même si certains commentaires peuvent être limites, il faut qu’il y ait un espace pour que les gens puissent réagir aux articles. Lorsque l’on commente c’est que l’on se sent réellement concerné par le sujet, on réagit donc souvent avec virulence. Dès lors le choix des commentaires pose la question de comment accepter cette virulence. Cette problématique est loin d’être aboutie.

 

Selon moi, les commentaires ont du sens quand l’article n’est pas fini. Ils peuvent avoir une utilité et servir de collaboration, c’est ce qui fait la richesse du débat de société.

 

Il y a deux types de modération : une modération qui consiste uniquement à couper les têtes à ce qui est illégal et une modération qui consiste à animer. Le web est un média intéressant car c’est un média permanent. Il peut y avoir un avant, un pendant et un après, c’est ce qui fait sa spécificité.