Home Quel(s) modèle(s) économique(s) pour les médias en ligne? La survie des médias en ligne
La survie des médias en ligne PDF Imprimer Envoyer
Quel modèle économique pour les médias en ligne?
Écrit par Bach Lien Vuong   
Lundi, 19 Avril 2010 14:43

En cette période de crise économique, les médias en ligne n’échappent plus à la récession. Les modèles économiques fragiles sur lesquels ces derniers sont construits en sont l’une des causes  principales.

Il n’est pas difficile de l'observer: beaucoup de médias en ligne sont en crise. Même si certains semblent s’en sortir mieux que d'autres, aucun journal en ligne n’a réellement d’équilibre économique : ni Rue89, ni LePost, ni Bakchich, ni Médiapart, ni Arrêt sur images.
Cette crise qui frappe actuellement plusieurs "pure players" (des journaux d’information présents uniquement sur la Toile) prouve qu’ils sont construits sur des modèles économiques encore fragiles. En effet, ils sont tous confrontés à la même problématique, celle de trouver un modèle viable parmi différents modèles possibles: gratuit, publicitaire et payant.

Faillites à la chaîne

Face à la crise financière qui a fait chuter considérablement les recettes publicitaires, le modèle économique fondé sur la publicité s’est montré inefficace. Le site Bakchich par exemple, a dû chercher par tous les moyens à renflouer ses caisses, trois ans seulement après sa naissance. Malgré la publicité et les abonnements, il ne parvient pas à équilibrer son financement. Pour survivre, le site a lancé en septembre 2009 une version papier hebdomadaire, baptisée Bakchich Hebdo. Mais les très mauvais résultats des ventes ont coupé court à l’expérience. Deux mois après, le site et l’hebdomadaire sont placés en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois.


Le média citoyen français en ligne AgoraVox a lui aussi été en danger quatre ans après sa fondation. En novembre 2009, le site a dû demander de l’aide à ses rédacteurs, suite à la crise, causée également par l’effondrement du marché publicitaire. Suite à la baisse générale des revenus publicitaires, certains sites sont au bord du dépôt de bilan, tandis que d’autres sont même obligés de fermer définitivement leurs portes. C’est le cas du site d’information espagnol Soitu.es, qui a dû fermer le 27 octobre 2009 après seulement 22 mois d’existence. Ironiquement, il venait de recevoir le mois précédent le prix du meilleur site d’information non-anglophone de l’Online News Association américaine, la plus grande organisation mondiale de news sur le web.

Des contenus payants

Contrairement à ces modèles gratuits reposant sur la publicité, plusieurs autres médias en ligne ont préféré créer un site d’information dont les articles sont bloqués par un "pay wall" ("mur payant") qui empêche l’internaute non abonné d’accéder aux contenus. C’est le cas de Mediapart dont Jean-Marie Colombani, l’un des fondateurs, pense que la gratuité est un leurre. Mais pour sa survie, Mediapart s'est fixé l'objectif d’obtenir 65.000 lecteurs d’ici fin 2010. Un objectif qui parait difficile à atteindre vu le taux d’adhésion très faible des lecteurs lors de la mise en ligne du site. Pire que Mediapart, le média américain Slate.com, qui avait tenté dès ses débuts de monétiser l’information via un accès payant. Ce système n’a pas marché et Slate.com est redevenu complètement gratuit un an plus tard, faute d’abonnements suffisants.

Quelles solutions pour ces médias en ligne ?

Pour le moment, le site Bakchich cherche toujours à augmenter le nombre de ses abonnés pour assurer sa survie, et à développer ses recettes publicitaires sur le site. Le site AgoraVox, devenu en 2008 la Fondation AgoraVox afin de renforcer son indépendance, a initié un réseau de solidarité basé sur le don, qui vise à améliorer la qualité du site et à financer les serveurs. Quant à Rue89, en plus de ses revenus publicitaires, il s’appuie sur la revente de contenus, sur les revenus de son service de formation continue ainsi que sur la vente de T-shirts et de mugs.
La reprise économique pourrait- elle dès lors régler les problèmes financiers des médias citoyens ?  La réponse est probablement non. Il faudrait donc que ces médias en ligne trouvent un modèle économique capable d’affronter les crises de financement ou les fluctuations du marché publicitaire. En attendant, il revient donc aux lecteurs et aux rédacteurs d’aider leurs médias à faire face.

Bach Lien VUONG