Home Les journalistes et leur(s) blog(s): liberté, identité, diversité? Les blogs sous la pression des rédactions
Les blogs sous la pression des rédactions PDF
Les journalistes et leur(s) blog(s)
Écrit par Camille Dillies   
Lundi, 26 Avril 2010 15:57

Quand les journalistes se laissent séduire par la blogosphère, ils espèrent pouvoir s’y exprimer librement, loin des pressions et censures éditoriales qu’ils subissent chaque jour. Mais cette liberté n’est-elle pas une illusion? Certains journalistes vont apprendre à leurs dépens qu’il n’est pas bon de tout dire sur son blog.

 

« J ‘ai décidé de fermer ce blog. Il m’est en effet impossible de continuer l’exercice de transparence que je m’étais imposé le 16 novembre », c’est avec ces mots, que Laurent Bazin, journaliste pour I-télé (chaine d’information continue), débute le dernier billet de son blog. La chaine qui l’engage et qui héberge sa page lui avait récemment ordonné de supprimer un billet où il détaillait son déjeuner avec le président français Nicolas Sarkozy. Et peu de temps après, donc, Laurent Bazin fermait son blog, en s’expliquant ainsi : « Mais je suis un salarié, mon entreprise a des actionnaires et des intérêts et -sauf à vouloir jouer les chevaliers blancs- je ne peux continuer à mener parallèlement ces deux vies éditoriales». Pour en savoir plus, j’ai essayé de contacter Monsieur Bazin, mais ce dernier n’a pas souhaité répondre à ce sujet, jugeant que l’affaire était maintenant derrière lui.

 

Et ce n’est pas le seul exemple puisque récemment, le blog d’Eric Revel, directeur de la rédaction de LCI (chaîne appartenant à TF1), a été supprimé par son hébergeur et employeur. La Chaîne n’avait pas apprécié un billet du journaliste où il critiquait un discours de Ségolène Royal le qualifiant de « populiste » et de « démagogique ». Interrogée par Le Post, la chaîne a confirmé que c’est bien ce billet qui a entrainé cette suppression.On pourrait encore trouver de nombreux exemples de cette censure rédactionnelles sur des blogs, qui suscite d’ailleurs de nombreuses interrogations sur la liberté de ton et de paroles que peuvent avoir les journaliste blogueurs.

 

Est-on un journaliste avant d’être blogueur?


Il semble donc bien difficile pour un journaliste de pouvoir « bloguer » en toute liberté. Dans leur métier, les journalistes doivent faire preuve de neutralité. De ce point de vue, on peut donc comprendre les grands groupes médiatiques qui ne veulent pas que les opinions de leurs journalistes blogueurs soient assimilées aux leurs.

Et surtout, qu’il écrit pour un journal , pour une télévision ou pour un blog, le journaliste reste un journaliste c’est-à-dire qu’il doit recouper ses informations. Et c’est d’ailleurs ce point qui le distingue d’un simple blogueur.

Mais comment un journaliste peut donc combiner ces deux casquettes?  Cet exercice requiert une certaine autodiscipline. Cette dernière peut malheureusement tourner à l’autocensure si les pressions des rédactions se font trop fortes et dans ce cas là, personne ne le voit, mais elle est bien réelle.

Un autre point est inquiétant sur ces censures et ces pressions qu’exercent les employeurs. Si elles continuent, il y aurait un risque que les journalistes se lassent de ce rapport de force constant et qu’ils décident d’abandonner les blogs,  laissant ainsi place à des personnes moins qualifiées mais qui ont une plus grande liberté de ton.

 

CAMILLE DILLIES