Home « Multiple médias » et journalistes à tout faire La complémentarité du papier et du numérique
La complémentarité du papier et du numérique PDF
"Multiple médias" et journalistes à tout faire
Écrit par Frédéric SUSANT   
Lundi, 22 Mars 2010 13:27

 

 

Aujourd'hui, faire du journalisme via internet devient de plus en plus incontournable. D’une manière ou d’une autre, toutes les pratiques journalistiques ont dû s’adapter à cette évolution. Y compris la presse quotidienne régionale. Un journaliste de presse locale livre son expérience particulière.


Basé dans la ville hennuyère de Tournai, le Courrier de l'Escaut couvre essentiellement l'actualité du Hainaut occidental. Employé à la petite rédaction annexe d'Ath, Francis Hostraete est journaliste salarié depuis vingt ans au sein du quotidien.

En raison de sa couverture très locale, le Courrier de l'Escaut présente une allure plutôt "traditionnelle". Il n'empêche que le journal s'est adapté, comme les autres, à l'écriture sur le web. Son site internet (actu24.be) rassemble tous les articles écrits en ligne par le quotidien. Très peu confronté à ce genre d'exercice au cours de sa carrière, Francis Hostraete a pourtant été amené à poster des articles sur le net lors du procès Ghislenghien en 2009.

La catastrophe de 2004 était évidemment un événement exceptionnel dans la région. Mais durant le procès de l'affaire couvert l'année dernière, la rédaction pouvait s'organiser préalablement : "un 'mini-staff' était présent pour couvrir les moments forts du procès : l'ouverture, les témoignages, les décisions du tribunal... Il y avait notamment une personne chargée du site Actu24.be. J'ai été moi-même amené à écrire en ligne à quelques reprises", relate Francis Hostraete.

Une expérience "online" pour l'instant assez maigre pour le journaliste athois. Il en retire pourtant une caractéristique essentielle : l'écriture plus courte, plus concise de l'information qu'en presse conventionnelle. Mais selon la philosophie actuelle du quotidien régional, la combinaison de l'internet et du papier reste de mise : "Il faut garder de la place dans la presse écrite, parce que ça fait sa spécificité, pour  des textes de réflexion : les éditoriaux, les commentaires et davantage de regards croisés. Par contre, il faut réserver davantage les éléments factuels aux sites web", ajoute-t-il.


Jusque ici, le format électronique n'a pas supplanté le support papier. Les enquêtes d'audimétrie semblent démontrer qu'en termes de presse quotidienne régionale, la demande d'information de la part du public reste présente autant dans sur forme papier que sur support internet.